Image Alt

Made in France Tag

Retrouvez l'intervention de Nicolas Dupont-Aignan face à Natacha Polony au salon du Made in France, où il présente ses mesures pour créer ou relocaliser un million d'emplois en cinq ans !   Retrouvez-moi sur les réseaux sociaux :- Facebook : https://www.facebook.com/nicolasdupontaignan- Twitter : https://twitter.com/dupontaignan​​​- Instagram : https://www.instagram.com/dupontaignan/  

Depuis 1980, la France a perdu 3 millions d’emplois industriels, expliquant comment une balance commerciale équilibrée est devenue déficitaire de 65 milliards d’euros - le record d’Europe. Toujours moins d’emplois productifs, toujours plus d’immigration et de prestations sociales, notre pays s’engouffrait petit à petit dans l’impasse, portant à 6 millions son nombre de chômeurs. A l’approche de l’élection présidentielle, nos dirigeants redécouvrent les bienfaits du « Made in France » alors qu’ils ont, par leur politique, tout fait pour inciter nos entreprises à produire à l’étranger.  Ils ont donné tous nos leviers économiques

Nicolas Dupont-Aignan sera présent vendredi 12 novembre au salon du Made in France à Paris. Après vingt ans de délocalisations successives, portant notre production de voitures en France de 50% (2000) à 20% (2020) de notre demande intérieure, ou déshabillant nos secteurs stratégiques comme l’a révélé l’année 2020 en matière sanitaire (5 milliards d’euros de masques importés de la seule Chine), 2022 doit être l’occasion d’un profond changement de cap vers la relocalisation. Il en va de notre souveraineté, pour que la France retrouve son

LUTTER CONTRE LA CONCURRENCE DÉLOYALE Renégocier les traités de libre-échange déloyaux et interdire les produits ne respectant pas nos critères environnementaux. Inciter les consommateurs à acheter français en rendant obligatoire l‘étiquetage de la part du “fabriqué en France” dans chaque produit ; ce qui est actuellement interdit par le droit européen SOUTENIR LES ENTREPRISES QUI INVESTISSENT EN FRANCE. Créer un crédit d’impôt production-en-France en baissant de moitié le taux de l’Impôt sur les Sociétés (IS) pour les bénéfices réinvestis sur le sol français. Réserver 75 % de la commande publique