Image Alt

Zoom sur la politique touristique de la France

Des atout à valoriser.

Des actions d’urgence.

1. Sécuriser notre territoire pour continuer à le rendre attractif.

En savoir +

– Consolider les actions en matière de renseignement.
– Renforcer la sécurité des voyageurs, initier des campagnes d’information, via les Ambassades françaises, sur les mesures sécuritaires mises en place sur le territoire national pour que leur séjour se déroule dans les meilleures conditions et que cela annihile leurs appréhensions.
– Réprimer plus durement la petite délinquance et les incivilités et mettre hors d’état de nuire les bandes de pickpockets qui sévissent dans les grandes villes avec notamment 3 mesures :
• Maintenir le principe des rappels à la loi mais les limiter à 2
• Limiter le recours au sursis sans incarcération à 2 jugements : le recours au sursis ne pourra être appliqué qu’à deux reprises, la troisième condamnation entraînant automatiquement la résiliation du sursis même si la nature des faits est différente.
• Changer les règles en matière d’abandon des poursuites et les classements sans suite : ils ne pourront être motivés que par une insuffisance d’éléments incriminants et rien d’autre (vice de procédure…). Les victimes pourront faire appel de ces décisions.

2. Garantir la propreté de nos sites touristiques.

3. Adopter des mesures financières en faveur des entreprises en difficulté, en raison d’une baisse de fréquentation et d’activité générée par les attentats.

En savoir +

Report de paiement des charges sociales et fiscales, instaurer des prêts exceptionnels remboursables sur 7 ans.

D’autres actions pour consolider ce secteur clé.

1. Donner enfin au secteur du tourisme (7 à 8 % du PIB) le poids politique qu’il mérite en nommant un ministre à part entière.

2. Créer un fonds d’aide financière pour permettre aux professionnels de sécuriser, rénover et moderniser les structures d’accueil.

3. Créer les conditions favorables à l'amélioration de l'accueil et à la meilleure adaptation de la main d'œuvre aux besoins du secteur.

En savoir +

– Rendre la Formation professionnelle plus attractive, plus fréquente, renforcée, en particulier sur l’apprentissage des langues.
– Permettre d’adapter la durée et les horaires de travail des apprentis mineurs à l’horaire de travail de l’entreprise sur avis conforme du médecin du travail lors de la visite d’embauche : certaines entreprises se voient contraintes de renoncer à l’embauche d’un apprenti mineur en raison de l’impossibilité légale de faire coïncider les horaires théoriques et réels de travail.

4. Réorienter les 20 milliards d’€ du CICE vers des baisses de charges patronales en direction des entreprises exposées à la concurrence internationale comme celles du secteur du tourisme.

5. Mettre à disposition des TPE du secteur un micro-crédit de financement de 5 000 à 15 000€ directement accessible au niveau de BPI France via une plateforme Internet.

6. Obliger les banques à transmettre systématiquement une réponse écrite pour tout refus de crédit et indiquer, dans le courrier, la possibilité de recours auprès du Médiateur du crédit.

7. Mettre en place la portabilité du compte bancaire afin notamment de permettre aux chefs d’entreprises de faire jouer facilement la concurrence entre les banques.

8. Favoriser le développement à la fois du haut de gamme et l’entrée de gamme (trop de moyen de gamme à des prix non compétitifs).

En savoir +

– Révision des standards, création d’une offre de haut luxe.
– Montée en gamme du camping et accès aux parcs naturels régionaux.

9. Accélérer la construction du train rapide Roissy-Paris. Objectif 2020 (mise en œuvre en 2024 actuellement).

Des actions pour répartir les recettes du tourisme sur l’ensemble du territoire (44% des nuitées des touristes internationaux sont effectuées en IDF) .

1. Multiplier les activités liées au tourisme vert et patrimonial afin de valoriser nos terroirs et lancer un plan de sauvegarde des établissements culturels (salles de cinéma, musées…) en milieu rural et des Eglises.

2. Mettre en place une véritable protection du patrimoine applicable aux monuments historiques * , aux sites (interdiction des panneaux publicitaires dans les petites villes et les villages), aux Domaines nationaux (inaliénabilité).

En savoir +

*Sans oublier le second-œuvre et les ensembles mobiliers afin que les monuments ne soient pas dépecés.

3. Mettre en valeur les DOM-COM et utiliser le tourisme comme levier de croissance : la remarquable biodiversité, la production artisanale et la diversité des gastronomies doivent être considérablement développées.

4. Augmenter le budget de promotion internationale de la destination France, en ciblant les segments prioritaires (Brésil, Inde, Chine, Mexique, Europe de l’Est) et en mettant en valeur les spécificités de nos régions.