Image Alt

Instruction publique

Supprimer les réformes du collège et des rythmes scolaires.

Donner un sens à l’égalité, à la liberté et à la fraternité, en réhabilitant l’autorité, la confiance et l’attachement au savoir.

1. Abandonner la réforme des rythmes scolaires de juillet 2013 et utiliser le temps ainsi dégagé pour l’aide personnalisée aux devoirs dans les zones où les difficultés s’accumulent.

2. Assurer l’égalité républicaine de l’enseignement en maintenant les programmes nationaux, en apportant des moyens supplémentaires aux territoires défavorisés et en instaurant un moratoire sur les fermetures d’écoles en milieu rural.

3. Préserver les spécificités et les obligations des établissements privés sous contrat, définies par la loi Debré de 1959.*

En savoir +

*Qui les assujettissent, en termes de programmes et de définition des pratiques pédagogiques, aux mêmes orientations nationales que les établissements publics.

4. Soumettre les établissements privés hors contrat à des inspections régulières pour vérifier la conformité des enseignements et des pratiques avec les principes de la République et pour éviter toute dérive potentiellement sectaire.

5. Faire du harcèlement scolaire une grande cause : exclure les élèves coupables de harcèlement et supprimer les allocations familiales de leurs parents.

6. Associer étroitement les enseignants expérimentés à l’élaboration des programmes et ne plus se fier aux pseudo-experts pédagogistes et technocrates..

7. Mettre fin aux « expérimentations » hasardeuses qui ont lieu au détriment des élèves en contravention manifeste avec le principe d’égalité, et faire confiance aux professeurs qui doivent avoir la liberté de gérer leur classe.*

En savoir +

*Dans le respect des programmes nationaux (en abrogeant les circulaires qui cherchent à les couler dans un moule unique et contraignant).

8. Instaurer le principe de la souveraineté du conseil de classe qui s’appliquera, en particulier, pour le passage au niveau supérieur de l’élève et pour la détermination de son orientation.*

En savoir +

*Si le recours en appel doit être maintenu pour permettre de porter à la connaissance du conseil des éléments dont il aurait pu ne pas disposer, c’est à lui que doit revenir la décision définitive.

9. Mieux gérer les personnels de l’éducation en redéployant un certain nombre de postes attribués à l’administration sur le terrain et en obligeant inspecteurs et formateurs à conserver des heures d’enseignement.*

En savoir +

*Pour éviter qu’ils perdent le contact avec la réalité et pour réduire la masse d’heures de cours non effectués.

10. Repenser l’affectation des enseignants afin que les débutants ne soient plus systématiquement placés dans les établissements les plus difficiles et que des enseignants expérimentés et volontaires épaulent ceux qui s’y trouvent.*

En savoir +

*Pour une durée déterminée et contre une prime significative.

11. Sanctuariser les établissements scolaires pour les prémunir de la menace terroriste et plus largement de toute forme de violence.

12. Instaurer la « tolérance zéro » face aux incivilités scolaires, en mobilisant toute l’échelle des sanctions prévue. Simplifier les procédures d’exclusion pour faits de violence, et assurer la protection des personnels dans l’exercice de leur métier.

13. Revaloriser le métier d’enseignant par le rétablissement de l’autorité et par l’augmentation du traitement* en particulier ceux qui choisissent de s’investir et d’enseigner dans les zones sensibles.

En savoir +

*Les enseignants français sont parmi les moins bien payés d’Europe.

14. Apprendre les règles élémentaires de politesse et de civilité et confirmer le vouvoiement obligatoire des élèves envers les enseignants (de la sixième à la terminale) et des enseignants envers les lycéens par nécessité d’un respect mutuel.

15. Donner la possibilité à un établissement, en accord avec l’institution scolaire, de décider du port de l’uniforme dans le primaire et au collège, et d’interdire les téléphones portables dans les bâtiments.

16. Réintroduire l’apprentissage de la Marseillaise et des symboles de la République dans les écoles et les collèges : organiser une fois par an une cérémonie de lever du drapeau dans chaque établissement en présence de tous les personnels.

17. Conditionner le versement des allocations familiales à l’assiduité scolaire et sensibiliser les familles aux obligations de leur enfant en milieu scolaire lors d’une réunion ou entretien de rentrée à laquelle un représentant légal sera tenu d’assister.

18. Verser l’allocation de rentrée scolaire (ARS) sous forme de bons d’achats proportionnés aux revenus des familles, de façon à ce que cette allocation serve réellement à l’achat des fournitures scolaires.

19. Développer l’accès et la mobilité des personnes handicapées au sein des établissements et à leurs abords immédiats.

20. Assurer une meilleure prise en charge des élèves handicapés, en particulier par une vraie politique de recrutement et de formation des adjoints de vie scolaire.

Dans le primaire, donner la priorité aux savoirs fondamentaux, en particulier à la langue française.

1. Se fixer comme objectif minimum que chaque élève maîtrise parfaitement la lecture, l’écriture d’un texte simple, les quatre opérations de base de l’arithmétique, l’Histoire en quittant l’enseignement primaire.

2. Abandonner le « socle commun de connaissances, de compétences et de culture » (loi Fillon de 2005, aggravée par la loi Peillon de 2013) et la logique des cycles qui mettent l’exigence au niveau le plus bas.

3. Abandonner la réforme de la grammaire.

4. Réviser l’ensemble des programmes et des manuels scolaires dans le sens d’une plus haute exigence.

5. Augmenter le temps consacré au calcul et au français, et revenir au nombre d’heures de 1968.

En savoir +

(Passer de 9 à 15 heures hebdomadaires en français en primaire) avec comme objectif qu’aucun enfant n’entre au collège sans maîtriser la lecture, l’écriture et le calcul.

6. Encourager l’apprentissage de la lecture par la méthode alpha-syllabique et l’usage du boulier pour se représenter mentalement les quantités tout en laissant une marge à l’enseignant au titre de la liberté pédagogique.

7. Redonner toute sa place à l’enseignement chronologique de l’histoire, principalement celui de la France, sous forme de récits, qui développent la mémoire, forgent le sentiment d’une appartenance nationale et font partager les valeurs clés de la République.

8. Supprimer définitivement l’enseignement des langues et des cultures d’origine (ELCO) qui va à l’encontre de l’assimilation des enfants à la nation.

9. Maintenir ou rétablir à tous les niveaux la notation chiffrée, meilleur moyen de mesurer les progrès accomplis et qui doit être présentée, aux plus jeunes, comme une incitation à fournir les efforts requis pour progresser, non comme une sanction.

10. Restaurer la possibilité de redoubler une classe pour donner la chance aux enfants en difficulté d’acquérir ou de consolider les bases, notamment en CP.

11. Développer l’accompagnement personnalisé des élèves en difficulté.

12. Mettre en place un bilan de acquis à la fin du primaire avec mise à niveau obligatoire pour les élèves qui ne maîtrisent pas encore le B.A.-BA de la lecture, de l’écriture, de l’Histoire de France et des quatre opérations de calcul.*

En savoir +

*Et n’autoriser le passage qu’après acquisition des apprentissages et savoirs fondamentaux.

Dans le secondaire, favoriser l’approfondissement des acquis et l’élargissement des connaissances pour former des adultes et des citoyens éclairés.

1.Abroger immédiatement la réforme du collège de juillet 2013.

2. Supprimer les modules inutiles mis en place par les pédagogistes et dont les EPI (enseignements pratiques interdisciplinaires) constituent l’archétype.*

En savoir +

*Ce qui permettra de dégager du temps pour des enseignements beaucoup plus importants.

3. Développer l’enseignement du latin et du grec dont les études montrent qu’ils sont des apports essentiels pour les enfants des milieux modestes.

4. Introduire dans les disciplines scientifiques un enseignement d’histoire des sciences et des techniques qui permettra aux élèves de mieux comprendre les découvertes et de s’approprier une culture scientifique, en valorisant l’activité rationnelle..

5. Redonner un sens au collège unique en permettant une vraie diversification des parcours.

6. Revaloriser et développer l’enseignement technique et professionnel porteur de débouchés et en permettre l’accès dès la classe de 4e avec, en amont, une information détaillée et des stages d’observation et de pratique organisés hors du temps scolaire.

7. Restaurer les ponts entre enseignement professionnel et voie générale, entre les filières, entre les parcours.*

En savoir +

*Des systèmes de mise à niveau doivent permettre à des élèves engagés dans la voie professionnelle de revenir dans la voie générale s’ils en ont le désir et la capacité

8. Dédoubler les classes dans les établissements sensibles.

9. Rétablir l’aide personnalisée pour les élèves en difficulté.

10. Rétablir et développer les internats d’excellence et les bourses au mérite qui ont prouvé leur efficacité pour les élèves des milieux sociaux défavorisés.*

En savoir +

*Il est essentiel que la société permette à chaque jeune de poursuivre ses études, selon ses capacités, ses goûts et ses résultats, par les moyens les plus justes et les plus adaptés.

11. Désengorger cette section S à laquelle une majorité de parents aspirent pour leurs enfants, et favoriser les élèves issus des filières idoines pour les études supérieures * tout en conservant des passerelles.

En savoir +

*L pour le droit ou le journalisme, ES pour les écoles de commerce ou les études de gestion.

12. Créer au lycée un véritable enseignement de l’informatique dispensé par des professionnels comme le recommande l’Académie des sciences.

13. Garder au baccalauréat son caractère d’examen national et développer une vraie politique d’orientation des élèves en classe terminale afin de prévenir l’échec massif dans certains cursus universitaires.

14. Mettre en place une sécurité professionnelle par le biais d’un crédit d’études pour les élèves qui ont quitté tôt le circuit scolaire et qui souhaitent reprendre des études.

15. Créer un Service National pour l’Emploi (SNE) de 1 an pour les décrocheurs (jeunes entre 18 et 25 ans, sans diplôme) de l’éducation nationale, avec une proportion importante de formations professionnelles.*

En savoir +

*Sur le modèle du Système Militaire Adapté, mis en place en Outre-mer et qui est un indéniable succès.

Mieux former et rémunérer les enseignants.

1. Repérer dès le départ les enfants de maternelle ayant besoins d’apprentissages supplémentaires et leur dispenser ces apprentissages.

2. Réformer la structure et le contenu de la formation des enseignants en créant une licence pluridisciplinaire pour les professeurs des écoles, en réinstaurant les écoles normales pour le primaire et en reprenant le système des bourses.*

En savoir +

*Contre engagement décennal dans le secondaire.

3. Revaloriser la part des contenus disciplinaires dans les concours de l’enseignement et faire systématiquement présider les jurys par des universitaires et non par des inspecteurs.

4. Ouvrir des postes supplémentaires au concours dans les disciplines où les besoins seront nécessaires * avec un fort espoir de les pourvoir grâce au ciblage spécifique et, plus largement, à la revalorisation du beau métier d’enseignant.

En savoir +

*Français, latin, grec, information, sciences de l’ingénieur…

5. Remplacer le pédagogisme en cours dans les ESPE (Ecole Supérieure du Professorat et de l’Education) par la pédagogie classique et éprouvée.

6. Instaurer un compagnonnage entre tuteur et stagiaire avec service partagé et revaloriser la fonction de tuteur.

7. Obliger les inspecteurs à assurer eux-mêmes des enseignements en responsabilité devant les élèves pour mieux comprendre les difficultés du terrain.*

En savoir +

*Les inspecteurs généraux et les inspecteurs pédagogiques régionaux en prenant une classe en responsabilité à l’année, les inspecteurs d’académie en assurant un service complet d’enseignement tous les quatre ans. Recruter tous les inspecteurs en fonction de leur seule compétence avérée dans l’enseignement de leur discipline.

8. Revaloriser le traitement des enseignants.

9. Maintenir les trois modes d’avancement (« ancienneté », « petit choix » et « grand choix ») en revalorisant la part de l’inspection pédagogique et l’implication dans la vie de l’établissement évaluée sur des critères objectifs.

10. Mettre en place des programmes de reconversion pour les enseignants qui souhaitent renoncer à l’enseignement.