Image Alt

Environnement et Énergie

Une vraie écologie au service de tous les Français.

Constat.

L’environnement est une problématique majeure qui renvoie à des attentes simples : bénéficier d’une nourriture saine, d’un accès à une ressource en eau de qualité, se protéger des nuisances sonores, respirer un air propre, bénéficier d’un cadre de vie agréable et verdoyant, être en contact avec des paysages et une nature préservée. De nombreux Français et élus locaux militent concrètement au quotidien dans leur quartier, leur village ou leur ville. Leurs efforts ne doivent pas être remis en cause par des politiques technocratiques répondant aux injonctions de lobbies. Comme en toute chose, la liberté et l’indépendance sont à la source des progrès.

L’ensemble de notre programme économique contribue à la protection de l’environnement : en produisant en France, on maitrise les conditions d’une production plus propre et de meilleure qualité en évitant les longs transports autour du monde. En favorisant l’innovation dans le domaine énergétique, on préserve les champions français en matière hydroélectrique et nucléaire et on produit une énergie décarbonée.

Le lien entre le « Produire en France » et la préservation de la planète doit être souligner : la France a beau avoir réduit ses émissions de gaz à effet de serre de 21% depuis 1995, l’empreinte carbone des Français a crû de 7,3%. En effet, les émissions dues à nos importations ont augmenté de 70 % sur la même période. Rien ne sert de diminuer en interne notre pollution si c’est pour consommer toujours plus de bien carbonés produits à l’étranger. Lutte contre le réchauffement climatique et réindustrialisation vont bien de pair : la France ayant un des mix énergétiques les moins polluants du monde, la consommation locale a statistiquement de grandes chances d’être responsable du point de vue environnemental.

Nous avons 4 priorités :

  1. Réduire nos émissions de gaz à effet de serre et favoriser la qualité de l’air et la lutte contre le dérèglement climatique par une politique d’innovation ;
  2. Sauver les paysages et la biodiversité.
  3. Développer un économie circulaire capable de mieux valoriser les déchets
  4. Préserver la santé des Français menacée par le développement de pollutions de tous types.

Réduire les émissions de gaz à effet de serre par une politique d’innovation.

1. Remplacer pétrole et gaz par des énergies décarbonées.

En savoir +

– Le bois-énergie, sans ignorer que cette ressource est limitée et entre en concurrence avec d’autres usages qui génèrent de l’emploi (construction, mobilier, papier) . Il sera donc difficile d’augmenter sa contribution de plus de 5% de la consommation actuelle dans le secteur du bâtiment.

– Le biogaz, pour une production locale d’électricité et le bio-éthane pour injection dans les réseaux de gaz naturel ou en autoconsommation ; mais ces ressources seront également limitées, au mieux entre 2 à 3% de la consommation énergétique du bâtiment.

– Le solaire thermique (forte impulsion à donner aux chauffe-eaux et au solaire passif dans la construction ainsi qu’au solaire thermique concentré stocké dans les sels fondus) et le chauffage géothermique dans les immeubles.

– Cependant, ces développements réclamant du temps, l’urgence devra porter dans la prochaine décennie sur le transfert du chauffage fossile vers des usages performants d’une électricité déjà largement décarbonée (pompes à chaleur par exemple). Une révision immédiate s’impose : celle de la règle applicable aux constructions neuves, la RT 2012, qui privilégie l’usage du gaz depuis 2012 alors qu’un chauffage au gaz émet beaucoup plus de CO2 qu’un chauffage bien conçu utilisant l’électricité (avec l’apport de pompes à chaleur air/air, ou air/eau avec la géothermie basse température).

2. Lancer de vastes plans d’équipement d’isolations phonique et thermique afin de protéger les occupants du bruit et de faire baisser leur facture de chauffage.

En savoir +

Aider les Français à financer des équipements moins consommateurs d’énergie (en particulier le remplacement des chaudières).

Seront Inclus dans ce dispositif les matériaux renouvelables et verts : fibre de bois, terre-paille, etc.

3. Créer un guichet régional sur la fiscalité verte afin d’orienter les Français perdus dans le maquis des subventions et des allègements fiscaux.

4. Créer un livret d’épargne « dispositifs d’économie d’énergie ».

En savoir +

5. Remplacer les 10 millions de véhicules les plus énergivores en 10 ans, par le biais d’un bonus pour l’acquisition d’un véhicule consommant moins de 3l/100 km.

En savoir +

L’Etat investira 1 milliard d’€ par an pour cette mesure. La prime ne serait pas renouvelée pour une nouvelle acquisition.

6. Poursuivre le développement des réseaux de transport en commun en encourageant les intercommunalités à privilégier les transports propres (Hybrides, GNL, électriques, etc.).

7. Mettre les technologies numériques au service d’une meilleure gestion du trafic.

En savoir +

(Analyse des pics de circulation, fluidification du trafic à l’aide d’informations sur la circulation, gestion des feux tricolores, etc.).

8. Maintenir l’actionnariat public d’EDF (l’électricité et l’énergie sont des biens stratégiques de la nation) et restituer au CEA la maîtrise de la recherche et de la technologie nucléaires.

9. Refaire du nucléaire français une filière indépendante et d’excellence.

En savoir +

  • Abandonner l’objectif de 50% de nucléaire dans la production électrique en 2035, maintenir le nucléaire à 70% de la production d’électricité minimum.
  • Poursuivre la recherche pour un nucléaire 100 % propre et lancer un plan de développement de la filière Thorium sur 25 à 30 ans qui prendra le relais à l’horizon 2050. Les centrales nucléaires à Thorium permettront l’élimination des déchets nucléaires par transmutation. En abandonnant la filière nucléaire nous nous sommes privés de cette énergie verte et sans déchets à cause des lobbies, et laissé une grande avance à la Chine.
  • Relancer le réacteur Superphœnix en reprenant le projet ASTRID (réacteur à sodium liquide). Encore ici les lobbies ont fait du mal à une filière sûre, verte et hyper-efficace dans laquelle nous avons laissé de l’avance à la Chine et à la Russie.
  • Apporter un soutien au développement de l’EPR pour faire entrer le nucléaire dans sa nouvelle génération et rester dans la course face aux concurrents étrangers. Il revient à l’Etat de sauver notre industrie nucléaire qui ne doit pas être soumise à des intérêts financiers.
  • Soutenir le projet ITER qui, via la fusion de l’hydrogène, permettra d’accéder à une énergie 100% propre & renouvelable !

10. Préserver l’indépendance et l’excellence de notre filière hydro-électrique et maintenir la gestion de nos barrages dans le giron d’EDF en annulant le plan de privatisation de 150 barrages demandé par la commission européenne. Nationaliser les barrages qui auraient été privatisés entre temps.

11. Remplacer la loi transition énergétique par un seul plan pluriannuel de l’énergie, ajusté chaque année

En savoir +

En fonction de trois critères :

  • Les coûts environnementaux et financiers évités.
  • La production d’énergie décarbonée et le coût de celle-ci selon les secteurs.
  • Les emplois conservés et créés.

12. Mettre fin à l’augmentation de la Contribution au service public de l’électricité (CSPE) et redéployer les 4 milliards gâchés dans le solaire et l’éolien sur des filières d’avenir

En savoir +

  • 2 milliards à destination dans grand programme d’isolation des foyers (cf supra)
  • 2 milliards à distribuer sur les projets nucléaires et déchets.

13. Investir dans la valorisation énergétique des déchets.

En savoir +

  • Construire des méthaniseurs, disséminés dans la campagne, qui fonctionneraient en réseau et seraient alimentés en fumier par des véhicules propres.
  • Créer un réseau de chaufferies alimentées par les combustibles solides de récupération.
  • Augmenter les performances des incinérateurs en valorisant davantage les métaux des mâchefers et les mâchefers eux-mêmes.

Sauver les paysages et la biodiversité.

14. Lutter contre l'artificialisation des sols et préserver les terres naturelles (dossier développé dans le volet Equilibre du territoire et monde rural) via notamment un bonus fiscal à l’exploitation d’une friche industrielle pour que la réutilisation de l’existant soit fiscalement plus avantageuse qu’une nouvelle bétonisation

15. Alléger la fiscalité sur les terres non-bâties. Avec une rentabilité inférieure sur les terrains non-bâtis et une taxation identique, les propriétaires sont aujourd’hui encouragés à construire et artificialiser les sols.

16. Augmenter la Taxe sur les surfaces commerciales (TASCOM) et reverser le produit fiscal aux départements afin de limiter l’extension des grandes surfaces et centres commerciaux au détriment des terres naturelles.

17. Rétablir des autorisations pour la création de surfaces commerciales supérieures à 300 m2 dont la multiplication détruit les commerces de proximité (a fortiori dans les villages).

18. Augmenter le réseau d’aires marines protégées avec pour objectif : 30% des eaux française en AMP dont 15% en protection forte.

19. Etendre l’assiette de la TICPE aux transports maritime et aérien qui polluent abondamment les océans.

20. Investir dans des technologies d’avenir permettant d’endiguer la pollution des océans (repérage par satellite des filets de pêche abandonnés et signalement sur une plateforme commune à tous les navires, développement de la filière hydrogène pour les bateaux avec production à bord, drônes de surveillance à l’entrée des ports, etc) en établissant une doctrine d’emploi de ces nouveaux moyens.

21. Conditionner les aides de l’Agence française de développement (AFD) aux pays riverains de la Méditerranée à la mise en place de mécanisme de prévention de la pollution de cette mer commune, notamment par le développement de stations d'épuration qui sont un enjeu majeur.

22. Faire valoir la position française à l’international et pousser les outils de lutte contre les atteintes à la biodiversité. On ne peut en effet se contenter de mesures françaises et européennes, sinon à fausser la concurrence à notre détriment et favoriser nos voisins.

En savoir +

  • Annuler les subventions de l’OMC conduisant à la sur-pêche (50% des 40 milliards dépensés actuellement)
  • Pousser les parties à la convention de Barcelone (Méditerranée) à intégrer des objectifs drastiques de réduction des rejets plastiques et chimiques en mer depuis les côtes et les navires.
  • Lancer un plan d’échange de bonnes pratiques (formations, brevets, etc) avec les Etats africains manifestant la volonté d’augmenter leurs capacités de lutte contre ces pollutions.

23. Mettre en place des opérations de sensibilisation (opérations de ramassage des déchets par les élèves à proximité du littoral, des fleuves, rivières et ruisseaux, etc).

24. Rendre obligatoire la vidéosurveillance dans tous les abattoirs afin de lutter contre la maltraitance animale et mettre en place des cahiers des charges plus stricts

25. Négocier avec les cultes une solution respectueuse des traditions qui permette un abattage avec étourdissement.

26. Encourager l’élevage de qualité et créer un label «Bien-être animal» fondé sur les modes de production, d'élevage…

27. Soutenir et mieux répartir les refuges qui sont débordés à cause du nombre d’animaux qu’ils reçoivent et du peu de moyens dont ils disposent. La ville dont Nicolas Dupont-Aignan est le maire a été lauréate du Ruban d'Honneur de la Fondation 30 Millions d'Amis.

28. Garantir le financement des associations de protection des animaux via un fonds budgétaire qui serait alimenté par des taxes sur les importations d'animaux (usines à chiots des pays de l'est ...)

29. Mettre fin aux subventions des activités contraires à la dignité animale.

30. Renforcer les campagnes de prévention et de sanction d’abandon des animaux : systématiser l’interdiction à vie de posséder un animal domestique pour ceux qui abandonnent leur animal.

31. Créer dans l’ensemble des parcs publics régionaux des espaces réservés aux chiens et aux chats afin de permettre à ces animaux d’évoluer en liberté.

32. Interdire la consommation de viande de cheval (proposition de loi sur le statut juridique du cheval, déposée à l’Assemblée Nationale par Nicolas Dupont-Aignan).

33. Encourager la création de fermes pédagogiques.

34. Lutter contre les trafics d’animaux et contrôler les importations.

35. Inciter les éleveurs à acheter des animaux français via une charte qui valorisera l’élevage français.

36. Créer une délégation interministérielle pour la Dignité animale

Faire de l’économie circulaire une réalité quotidienne en réduisant notre production de déchets et en valorisant la réutilisation.

37. Lutter efficacement contre l’obsolescence programmée.

En savoir +

  • Mettre enfin en place des contrôles et prendre des sanctions allant jusqu’à l’interdiction du produit sur le sol français ;
  • Augmenter lourdement les peines et faciliter sa preuve et donc la condamnation des voyous environnementaux devant les juridictions pénales ;
  • Pénaliser la non-production de pièce détachée pour un produit ayant moins de 10 ans.

38. Favoriser les investissements des entreprises dans l’éco-conception par un système de bonus-malus fiscal sur les entreprises manufacturière incluant plusieurs critères : durée de vie du produit, intégration de matières recyclées, etc.

39. Investir massivement dans la filière de traitement des déchets pour s’assurer que tous les déchets valorisables soient collectés, triés, traités et réutilisés.

En savoir +

  • Revoir en profondeur le mécanisme de diagnostic déchets qui conduit trop souvent à leur seule valorisation énergétique (brulage).
  • Accroitre l’expertise sur les déchets et leur valeurs en mettant en place des guides techniques par filière et favoriser ainsi la reconnaissance de leur valeur chez les professionnels producteurs et demandeurs de produits pouvant être réutilisés.
  • Valoriser les emplois de la filière (emplois non délocalisables) et développer les formations
  • Permettre la récupération directe à la déchetterie par les industriels et des centrales de redistribution en présentant mieux les produits et en autorisant leur récupération sans intermédiaire

40. Favoriser les produits issus de l'économie circulaire dans la commande publique.

41. Créer des plateformes numériques régionales de partage de l'information concernant les déchets.

En savoir +

  • A destination des citoyens : pour être mieux informé des services de réparation et de recyclage.
  • A destination des professionnels : pour leur permettre de proposer au don ou à la vente à des sommes modiques les déchets valorisables qu’ils produisent et inversement d’exprimer ses besoins en matière de produits usagers.

Protéger la santé humaine dans toutes ses dimensions.

42. Dénoncer les accords de libre-échange et instaurer une exception agricole à l’OMC et dans tous les accords commerciaux sur le modèle de l’exception culturelle.

43. Dispenser des cours de santé/bien-être au collège et sensibiliser les adolescents aux méfaits de la « malbouffe ».

44. Mettre en place une politique forte pour réduire les contaminants chimiques toxiques pour la santé : dans l’air, l’eau, l’alimentation, les tissus, l’ameublement etc.

45. Lancer des campagnes de prévention informant les Français des dangers en matière alimentaire (lutte contre l’obésité…), de médicamentation (renforcer notamment la pharmacovigilance), dans les gestes de tous les jours (élimination des matériaux toxiques dans les produits de beauté et de ménage…), dans les conduites à risque (tabac, alcool, drogue…).

46. Lutter efficacement contre les zones atypiques où les antennes relais émettent des ondes électromagnétiques supérieures à la moyenne, en permettant aux maires et aux citoyens d'exercer un contrôle accru sur toute nouvelle implantation d’antenne-relais sur le territoire de la commune.

47. Interdire l'implantation d’antennes-relais à proximité des lieux hébergeant des personnes fragiles, notamment les écoles.

48. Lancer enfin une étude sérieuse et indépendante sur la gestion des ondes afin de concilier évolutions technologiques et santé.

49. Développer plus intensément la prévention des ondes électromagnétiques des téléphones portables par l'usage des kits mains libres.