Image Alt

Discours de Nicolas Dupont-Aignan au Cirque d’Hiver

Discours de Nicolas Dupont-Aignan au Cirque d’Hiver

Retrouvez en intégralité le discours que j’ai tenu au Cirque d’Hiver ce dimanche 3 octobre pour mon premier meeting de campagne !

 

Discours

Mes chers amis, mes chers compatriotes,

Merci d’être si nombreux à mes côtés aujourd’hui !  

Merci pour votre indéfectible soutien.

Vous êtes venus des 4 coins de métropole et même d’Outre-mer pour porter la voix des Français.

Vous êtes la France éprise de liberté !

La France qui ne cède pas.

La France que l’on achète pas.

La France qui ne se résigne jamais.

Au cours de notre histoire, c’est toujours quand tout semblait perdu, que des hommes et des femmes courageux ont à la surprise générale tracé le chemin du sursaut !

Alors oui, au moment où notre pays sombre dans la médiocrité politicienne, les polémiques de bas étages et les divisions inutiles, faisons de l’élection présidentielle le digne rendez-vous des Français avec l’Histoire.

Sachons élever le débat, proposer de vraies solutions, rassembler les Français pour rendre à la France son indépendance, sa prospérité et sa grandeur.

 

Oui sauvons la France !

 

Voilà mes chers amis notre mission, notre cause. J’allais dire notre raison d’être dans cette campagne présidentielle qui, ne vous y trompez pas, va décider du destin du pays, de l’avenir de nos enfants.

Il y a eu trop d’occasions perdues en 1995, en 2007, en 2012, en 2017 où les Français ont été abusés, trompés par des marchands d’illusions cyniques ou naïfs.

Bien sûr j’entends d’ici la petite voix moqueuse de la résignation, de la lâcheté qui au milieu des tempêtes a toujours résonné dans les cercles du pouvoir et de la finance.

Avec leur condescendance habituelle… Ils vous diront : mais pour qui se prend-il celui-là ? La sauver de quoi, de quel péril ? 

C’est vrai, leurs petites affaires tournent. Les riches sont toujours plus riches ! Les beaux quartiers sont paisibles, les éditorialistes diffusent leur petite propagande habituelle.

Mais les faits sont têtus et les chiffres ne mentent pas : ils traduisent le dur quotidien des Français.

Lorsque j’étais maire j’avais l’habitude au terme de chaque mandat de me poser une seule question, oui une seule :

Ai-je rendu aux yerrois la ville dans un meilleur état que je ne l’ai trouvée ?

Pour apprécier le bilan, je regardais les grands indicateurs chiffrés objectifs tel l’endettement, l’état de nos écoles, de la voirie, des équipements sportifs, le nombre de places de crèches, le nombre de cambriolages…

 

Si pour la France, après chaque quinquennat, on avait procédé au même exercice, on comprendrait tout de suite que l’ampleur du déclassement français.

Entre 1980 et 2020 nous avons perdu 3 millions d’emplois industriels, expliquant comment une balance commerciale équilibrée est devenue déficitaire de 65 milliards d’euros ! Le record d’Europe…

En 40 ans la part d’immigrés dans la population a augmenté de 3 millions.

Le rythme d’entrées d’étrangers s’est accéléré sous Emmanuel Macron avec au moins 300000 arrivées supplémentaires, hors illégaux, soit l’équivalent chaque année des villes de Bordeaux ou de Nice !

Toujours moins d’emplois productifs, toujours plus d’immigration et de prestations sociales, il n’est pas besoin d’être Einstein pour comprendre l’impasse…

  • Triplement du nombre de chômeurs (A-B-C) en quarante ans (de 2 millions à 6 millions)
  • Et augmentation de la misère (de 7 millions de pauvres en 1980 à 10 millions aujourd’hui) ! 

Cette explosion des dépenses sociales et d’accueil a été financée par des économies de bout de chandelle détruisant peu à peu nos services publics. Jugez-en : en 20 ans seulement, 100000 lits d’hôpitaux et 240 maternités sur 720 ont été rayés de la carte !

Et pire, en pleine pandémie, en 2020, 5700 lits et 25 établissements de santé ont été fermés !

Le niveau de vie des Français autrefois égal à celui de nos voisins allemands ne représente plus que 85% du leur. 

Et encore, le nôtre n’a été maintenu qu’à crédit !

Au niveau record d’impôts et de prélèvements s’est ajoutée une dette passant, écoutez bien, de 100 milliards en 1980 à 2650 milliards cette année ! 

Regarder cette réalité en face n’est pas se complaire dans un pessimisme destructeur mais tout au contraire comprendre l’urgence de changer de cap, et de rassembler les Français autour de la plus noble des causes : sauver notre pays.

 

Assez de campagnes électorales en trompe-l’œil, de slogans de communication creux, de polémiques vaines qui détournent l’attention des vrais enjeux.


Assez de prétendues alternances entre des équipes gouvernementales interchangeables qui à la fin mènent toujours la même politique.

La même politique de soumission à Bruxelles. De traités en traités, on a dépossédé le peuple français de sa souveraineté, c’est-à-dire de sa démocratie. Le sort de la Nation ne répond plus de l’intérêt général mais d’intérêts privés et étrangers.

La même politique de génuflexion envers les grandes puissances (des États Unis à la Chine en passant par l’Allemagne ou les pétromonarchies) favorisant la signature de traités de libre échange déloyaux et le pillage de nos forces industrielles ou scientifiques.

La même politique post soixante-huitarde de nivellement scolaire par le bas gâchant le potentiel de nos enfants et affaiblissant notre pays face à l’extraordinaire rattrapage des nations d’Asie. La France est passée du 11ème au 25ème rang du classement PISA en mathématiques en moins de vingt ans, entre 2000 et 2018.

La même politique de laxisme judiciaire qui explique l’explosion de la délinquance sur tout le territoire. 3,8 millions de crimes et délits aujourd’hui contre 2,3 millions en 1980.

La même politique d’abandon de nos merveilleux territoires ruraux, avec toujours moins de gares, de médecins, de postes et de classes.

 

Vous l’avez compris, après 40 années de gouvernement au fil de l’eau, après 40 années de théâtre politique, c’est maintenant ou jamais qu’il faut sauver la France !

Allons-nous continuer à subir ou trouvons-nous le courage de résister et de vaincre ? 

Oui, telle est la seule question franche, brutale, sans échappatoire que je ne vais cesser de poser jusqu’au jour de l’élection présidentielle, le 10 avril 2022.

Allons-nous les laisser nous manipuler par leur propagande de tous les jours ou allons-nous enfin écouter notre conscience qui puise ses racines dans mille ans d’histoire ? 

Faisons nôtres ces mots de Charles Péguy : 

« Ce que nous défendons, ce n’est pas seulement notre honneur. Ce n’est pas seulement l’honneur de notre peuple, dans le présent, c’est l’honneur historique de notre peuple, l’honneur historique de toute notre nation, l’honneur de nos aïeux, l’honneur de nos enfants. Plus nous avons de passé derrière nous, plus il nous faut le défendre ainsi, le garder pur. »

Oui je suis candidat à la présidence de la République pour rendre à nos enfants une France qui nous fasse honneur, une France libre, forte et juste !

Mais j’entends d’ici vos interrogations. 

A qui faire confiance après tant de promesses trahies, de déceptions ?

Comment renouer avec une ambition collective ?

Je veux ici répondre avec franchise à ces deux questions décisives : Qui peut sauver la France ? Comment allons-nous la sauver ?

 

Nous serons déjà d’accord ensemble pour convenir que ce ne sont pas ceux qui ont créé les problèmes qui pourront les résoudre. 

Même si on leur accordait une énième indulgence, ils ne le pourront pas, car ils se refusent à desserrer le nœud coulant de la bureaucratie de l’Union européenne qu’ils se sont volontairement passé autour du cou ! 

Leurs postures de gauche ou de droite camouflent une pensée unique : ils ne croient plus en une France libre mais la considèrent comme une Euro-région, une sorte d’État américain ou de Länder allemand dont ils rêvent d’être le gouverneur de façade. 

Mme Hidalgo nous propose son extraordinaire bilan parisien : bon courage !

Les écologistes veulent sauver la planète mais sont les idiots utiles de la mondialisation sauvage.
Quant à Xavier Bertrand, il est frappé d’amnésie, oubliant qu’il a supprimé des milliers de lits d’hôpitaux et défendu tous les traités européens responsables des maux qu’il dénonce aujourd’hui. 

Ils n’ont toujours pas compris que pour enfin traiter la cause des problèmes du pays il fallait d’abord reconquérir notre souveraineté, c’est-à-dire tout simplement notre capacité à agir conformément à notre seul intérêt national.

Voilà pourquoi je consulterai les Français par un référendum sur un nouveau traité, remplaçant l’Union européenne par une Europe des nations libres et des coopérations concrètes à la carte. 

 

Nous serons également d’accord pour convenir qu’on ne peut pas deux fois de suite se laisser abuser par un mirage

En 2017 Emmanuel Macron a joué le rôle de l’homme neuf, refusant les vieilles recettes politiques de ses prédécesseurs et promettant monts et merveilles.

L’imposture fut totale !

Rien de surprenant, puisqu’il a rassemblé dans un même gouvernement les soutiens zélés de gauche comme de droite de la politique des vingt dernières années !  

Pour masquer ses échecs flagrants – je n’y reviendrai pas, vous les connaissez tous – Emmanuel Macron divise pour régner.

Quel talent pour dresser les Français les uns contre les autres ! Les gilets jaunes contre les commerçants ! Les vaccinés contre les non vaccinés ! Les malades contre les soignants !

Prêt à tout pour imposer sa politique, Emmanuel Macron, dans une fuite en avant, s’attaque maintenant à nos principes républicains fondamentaux.

Jamais, il y a seulement quelques années, je n’aurais imaginé devoir me lever avec vous pour défendre notre liberté

Non pas seulement la liberté de la France qui, vous le savez bien, est au cœur de mon engagement de Gaulliste mais, je pèse mes mots, la liberté individuelle de chaque français.

Il est des moments dans la vie d’un homme politique où quand l’essentiel est en jeu ; la vie, l’intime, la santé, la mort de ses concitoyens, on n’a pas le droit par calcul ou par peur de se dérober. Alors oui je suis fier avec vous tous d’avoir, à l’Assemblée nationale jusqu’à l’aube, lutté contre le vote du passe sanitaire de la honte. Le début d’un engrenage fatal vers une société de la surveillance numérique !

Le bon sens, la raison et surtout la liberté d’expression ont été évacués du débat sanitaire depuis 18 mois. Toute personne qui proposait une palette de solutions, comme je l’ai fait dès le début de la crise, allant du contrôle des frontières à l’augmentation des lits et aux soins précoces, a été caricaturée, et même salie.

Quand on voit les mensonges d’État et les manipulations auxquels Emmanuel Macron s’est livré avec son gouvernement depuis le début de la crise du Covid, on imagine sans peine jusqu’où il pourrait aller si par malheur il était réélu… 

Le ministre de l’Intérieur tout récemment vient d’annoncer pour après 2022 l’étude d’un vote numérique à distance qui supprimerait le caractère personnel et secret du vote et permettrait toutes les fraudes possibles. 

Chacun le sent en son for intérieur, petit à petit, puissances financières, apprentis-sorciers, lobbies, veulent prendre le contrôle de nos vies, en profitant de chaque crise pour faire avancer leur agenda : fusionner notre identité physique, intellectuelle et numérique au risque de nous transformer en objets. Au nom du bien, tout est désormais possible et autorisé. Cette mutation perverse est tout le contraire de notre civilisation, de ce que nous sommes et de ce que nous voulons rester. 

Un vrai cauchemar orwellien pour tous ceux qui croient toujours à la devise de notre République : Liberté, Egalité, Fraternité.

Français, l’heure est beaucoup plus grave que vous ne le croyez. 

L’élection présidentielle de 2022 est le dernier rendez-vous pour empêcher Emmanuel Macron, marionnette du système, de déconstruire la France, de démolir nos valeurs, de mettre au pas nos compatriotes.

Le 10 avril 2022, libérons-nous !

Face à ce rouleau compresseur qui profite du dégoût de la politique, de la résignation et de l’abstention massive, je vous appelle solennellement, Français, à vous réveiller.

Je vous appelle à prendre conscience que votre bulletin de vote est la seule arme efficace dont vous disposez. 

Car contrairement à ce que vous croyez, chaque voix compte. Quand des élections où la qualification pour le second tour se joue à quelques dizaines de milliers de voix, imaginez la force que représenterait l’engagement, par exemple, des 10 millions d’abstentionnistes du premier tour de l’élection de 2017. 

Voilà pourquoi Français, en vous mobilisant, vous pouvez empêcher Emmanuel Macron d’accéder au second tour et permettre au candidat de votre choix de défendre vos libertés, de porter votre projet.

Oui je parle bien du candidat DE VOTRE CHOIX, pas celui des sondages, pas celui de bulles médiatiques éphémères, pas celui des éditorialistes, pas celui des oligarques…

Soit vous continuez à bouder les urnes, vous subirez votre sort et vous n’aurez plus le droit de vous plaindre, soit vous réagissez et tout deviendra possible.

Possible car vous aurez repris le pouvoir.

C’est tout le sens de ma candidature : le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple.

Il ne s’agit pas seulement de vous mobiliser pour l’élection de 2022, mais de vous associer au pouvoir dans la durée : consultation par référendum sur les grandes décisions (Europe, immigration, école, justice, laïcité), référendum d’initiative citoyenne, et référendum révocatoire car l’article 68 est aujourd’hui inapplicable !

Ce n’est pas un homme seul, aussi parfait soit-il, qui une fois à l’Elysée pourra sauver le pays.

C’est vous qui allez sauver la France, par votre volonté et votre travail telle une équipe sportive emmenée par son entraîneur ! Je sais qu’aujourd’hui le peuple français n’attend pas un nouveau marchand d’illusion, mais un entraîneur, c’est le bon terme, qui soit intègre, sincère, opiniâtre.

Un entraîneur tenant un discours de vérité, capable ainsi de faire donner le meilleur d’eux-mêmes aux 67 millions de français de l’équipe de France. 

Un entraîneur ferme et juste pour faire cesser les disputes dérisoires. 

Un entraîneur exigeant avec lui-même comme avec les autres pour redonner le sens de l’effort à la nation et enfin obtenir des résultats !

En un mot un entraîneur pour gagner la dure bataille de la mondialisation et nous rendre à nouveau fiers de notre pays et de nous-mêmes.

Rien ne me fera dévier de la route car je sais que je peux être cet entraîneur.  

 

 

Les sursauts historiques de notre nation ont d’ailleurs toujours été le fruit inattendu d’une alchimie entre un peuple rassemblé sur l’essentiel et un homme totalement libre et désintéressé capable de réconcilier les Français, galvaniser les énergies, toutes les énergies.

Voilà pourquoi ne comptez pas sur moi pour diviser les Français avec des polémiques inutiles. Nous n’en avons plus le luxe. Quand la maison brûle, tous les pompiers doivent accourir. 

J’appelle chaque Français d’où qu’il vienne, quel que soit son passé, à se lever. (Debout pour la France, c’est cela être Français)

Mais je le sais vous vous posez une dernière question : se lever pour quel projet ? Comment sauver la France ?

En allant à l’ESSENTIEL !

La situation périlleuse du pays impose de ne plus se disperser.

Nous n’en avons plus le temps pour les programmes démagogiques et les catalogues de bonnes intentions voulant faire plaisir à tout le monde.

Tous nos efforts s’ordonneront autour de quatre grandes priorités pendant le quinquennat.

  • Créer de la richesse sur le sol Français
  • Remettre de l’ordre
  • Reconstruire nos services publics en métropole comme en outre-mer pour garantir l’égalité des chances
  • Et enfin bâtir une écologie au service de l’homme pour faire de la France la nation modèle du XXIème siècle

Il y a urgence tout d’abord à créer à nouveau de la richesse sur notre sol : des entreprises et des emplois. Seul moyen de redonner une perspective à notre jeunesse et de financer notre modèle social. On ne peut en effet partager que ce dont on dispose.

Pour y réussir, un véritable électrochoc : récompenser le travail, le mérite, l’honnêteté.

  • Augmentons le salaire net de l’équivalent d’un 13ème mois soit 8% de plus de revenus réels.

Cette augmentation ne pèsera pas sur nos entreprises. Elle sera financée par une baisse des cotisations salariales prélevées par l’Etat. Le net se rapprochera du brut.

  • Cessons de matraquer les indépendants, les artisans, auto-entrepreneurs en baissant leurs prélèvements sociaux pour mieux les rémunérer.
  • Remercions les retraités de leurs efforts passés au service de la nation par l’indexation de leur retraite sur l’inflation et une baisse de la CSG scandaleusement augmentée par Emmanuel Macron
  • Enfin, zéro droit de succession sur la résidence principale pour permettre à chaque foyer de léguer le fruit d’une vie de travail à ses enfants.

Rassurez-vous, cet effort sera financé au centime près par la fin des gaspillages, et notamment le scandale des millions de fausses cartes vitales qui fait partir en fumée 20 milliards d’euros par an ! 

Je veux aussi récompenser les chefs d’entreprises patriotes qui investissent sur le sol français. Assez des baisses de charges à l’aveugle qui ont nourri les actionnaires et les investissements en Chine ! 

  • Un impôt sur les sociétés divisé par deux uniquement lorsque les bénéfices sont réinvestis en France ! A ce crédit d’impôt – production française, s’ajouteront :
  • La réservation de 75% de nos marchés publics à des productions locales
  • La mise en place d’un fonds de 5 milliards d’euros d’aide au retour des usines,
  • L’indication sur chaque produit de la part de fabrication française !

Autant de mesures précises qui permettront de créer ou relocaliser 1 million d’emplois à haute valeur ajoutée en 5 ans.

Le coût de ces mesures sera lui aussi financé au centime près par la fin des grandes escroqueries à la TVA, comme certains de nos voisins ont réussi à le faire (Les Voleurs de la République).

 

Ma deuxième urgence consiste à remettre la France en ordre. 

Pour gagner le match, il faut sortir les fauteurs de trouble de l’équipe !

Cela passe par la fin du laxisme judiciaire avec un nouveau code pénal, des peines planchers pour les récidivistes et un système pénitentiaire doté de 40000 nouvelles places. Bien sûr, il faudra aussi expulser, au terme de leur peine, les délinquants étrangers, notamment les trafiquants de drogue, qui ont fait de notre pays leur terrain de jeu.

Ainsi, en séparant le bon grain de l’ivraie nous retrouverons le chemin de la cohésion nationale. 

Dans le même esprit, pour réconcilier les Français quelle que soit leur origine ou leur religion, il y a urgence à mettre fin au désordre migratoire :

  • Contrôle de nos frontières en sortant des accords de Schengen
  • Expulsion sans aucune faiblesse tous les clandestins
  • Révision de la procédure des demandes d’asile
  • Suppression du droit du sol, car être Français ne se réduit pas une naissance fortuite mais exige assimilation et mérite
  • Enfin, suspension du regroupement familial et des aides aux nouveaux arrivants 

Voilà le préalable pour renouer avec notre modèle assimilationniste sans lequel notre pays déjà morcelé finirait d’exploser. 

A ceux qui s’inquiètent du coût de ce programme de reprise en main, je veux rappeler que la seule suppression des aides excessives à l’immigration financera la reconstruction de notre État régalien. 

Reconstruction pour empêcher la guerre civile communautariste vers laquelle nous dérivons, et qui coûterait demain mille fois plus cher en déchirures individuelles et collectives.

Les premiers bénéficiaires seront d’ailleurs les enfants des étrangers qui ont fait l’effort de s’assimiler et qui n’en peuvent plus d’être amalgamés avec la racaille de nos cités.  

Voilà ce qu’il nous faut : l’ordre juste.

 

Dans cette reconstruction, ma troisième priorité est l’égalité des chances, promesse d’émancipation pour tous !

Oui je crois en la devise républicaine liberté-égalité-fraternité. Pour moi ce ne sont pas des mots en l’air. Mettons toute notre énergie à la traduire dans les faits.

La vraie égalité des chances et des opportunités exige le même accès à l’emploi, l’éducation, la santé, que l’on habite aux Omergues dans les Alpes-de-Haute-Provence, dans une cité lilloise, à Landujan au cœur de la Bretagne ou à Saint-François en Guadeloupe !

Cela passe par une première règle d’or : pour 1 euro investi dans les métropoles, au moins 1 autre euro doit l’être dans la ruralité, les villes moyennes et l’Outre-Mer.

La diversité et la qualité de nos terroirs constituent un atout exceptionnel pour le pays.

A une condition bien sûr : reconstruire les services publics brisés par Bruxelles.Seule la péréquation nationale peut garantir un service de transport, de télécommunications, d’internet haut débit en tout point du pays. Les recettes des zones denses couvrant les dépenses des zones plus éloignées et moins peuplées. C’est le principe même de la solidarité nationale que je veux par-là retrouver !

A cette exigence d’égalité territoriale doit aussi correspondre une exigence de qualité du service rendu. Voilà pourquoi je veux rouvrir un établissement de santé par département (hôpital, maternité, ehpad) soit au moins 20000 lits indispensables pour compenser le saccage des 20 dernières années.

Pour mettre fin aux déserts médicaux, je veux créer une bourse pour les étudiants en médecine finançant intégralement leurs études en échange d’une installation de 5 ans en zones déficitaires.

Enfin il est temps de bâtir un pôle public pharmaceutique pour mettre fin aux conflits d’intérêts entre nos dirigeants et certaines entreprises multinationales et retrouver une indépendance stratégique dans l’approvisionnement en médicaments.

Au cœur de notre projet d’égalité des chances : l’Instruction publique. Je veux la rebâtir de A à Z pour en faire le creuset de la transmission des savoirs, du civisme, et de l’amour de la France :

  • En renforçant l’apprentissage des savoirs fondamentaux, par le passage de 9 à 15h par semaine d’enseignement du français
  • En augmentant les salaires de nos professeurs, tant leur tâche est ardue et leur rôle pour l’avenir crucial, c’est une évidence. Mais aussi en mettant en œuvre un vrai suivi des élèves en difficultés par des soutiens à la carte.
  • En rendant au professeur le pouvoir de faire respecter l’ordre dans sa classe, par la création d’internats de redressement pour les élèves perturbateurs ou harceleurs. 
  • En offrant une chance à nos meilleurs éléments issus de milieux sociaux moins favorisés par la création d’un internat d’excellence par département

Voilà mon projet de méritocratie républicaine qui n’est pas incompatible avec une vraie politique familiale, car si l’École instruit la famille éduque. Je veux aider les parents à bien s’occuper de leurs enfants. C’est le sens de mon projet de salaire parental partagé entre la mère et le père pour accompagner leur nouveau-né avant la maternelle.

 

Enfin, notre dernière priorité consiste à bâtir une vraie écologie au service de l’homme, pour faire de la France la nation modèle du XXIème siècle.

Non pas l’écologie punitive, rétrograde et sectaire des Verts, qui ont kidnappé le thème de la protection de la planète. L’écologie est trop importante pour la laisser aux coupeurs de sapins de Noël, aux fumeurs de cannabis ou aux financeurs de la mosquée de Strasbourg ! 

Il faut bien sûr sauver la planète, mais aussi et surtout sauver l’homme sur cette planète. 

Voilà pourquoi je vous surprendrai pendant cette campagne avec une vraie révolution écologique. Une révolution fondée sur le progrès, la science, et mise en œuvre par des plans concrets avec des financements et des échéanciers précis :

  • Relevons tout d’abord le défi majeur de santé publique que pose l’alimentation actuelle dans les pays riches. Je m’attaquerai aux lobbies de la malbouffe, aux additifs alimentaires, aux perturbateurs endocriniens ; à tous les produits importés du bout du monde sans aucun respect de nos normes sanitaires et environnementales !
  • Faisons baisser la facture énergétique de 20M de foyers par un grand plan d’isolation thermique. Je financerai ce plan en mettant fin au scandale éolien et en redéployant les milliards versés à ces lobbies qui détruisent nos paysages et notre biodiversité.
  • Réduisons massivement notre production de déchets, notamment plastiques, par 100% de recyclage, et une vraie lutte contre l’obsolescence programmée des biens de consommation.
  • Orientons l’aide au développement sur des projets régionaux faisables et pragmatiques comme le développement de stations d’épuration pour les pays riverains de la Méditerranée ou la protection de la biodiversité !
  • Enfin, développons des circuits-courts et des productions locales, en renégociant les accords de libre-échange déloyaux qui nous font importer du bout du monde ce que nous pouvons produire chez nous.

Servons-nous de ces négociations internationales pour obliger les pays d’Asie à corriger le tir avant qu’il ne soit trop tard. Car tous nos efforts en France seront vains sans la participation des principaux pollueurs de notre planète.

Vous l’avez compris, toutes ces solutions, ordonnées autour de quatre grandes priorités répondent à un plan d’ensemble cohérent

Création d’emplois sur le sol français, blocage de l’immigration, meilleures répartition et performance de nos services publics, incitation au travail, fin des gaspillages, élévation du niveau scolaire et meilleure qualité de vie pour tous nos compatriotes… Un véritable cercle vertueux pour amorcer le redressement du pays.

Peu à peu la France retrouvera ainsi le chemin de la cohésion et de la puissance, qui seules lui permettront de compter dans le monde. Car ne l’oublions jamais, si nous voulons que la voix de la France porte sur tous les continents, nous devons d’abord être capables de résoudre nos problèmes.

Vous l’avez aussi compris, à la différence de beaucoup de mes concurrents, je ne me contente pas de faire des propositions, j’explique concrètement comment je les mettrai en œuvre, comment je les financerai. 

Contrairement à ce que croient certains, le gaullisme n’a jamais été une nostalgie incantatoire mais au contraire une bonne gestion au service d’une grande ambition.  

Mais le général de Gaulle avait compris que rien ne se fait sans légitimité populaire. Et c’est là tout mon projet : vous rendre le pouvoir. 

Je veux Français que vous redeveniez acteurs de votre destin. 

Il faut maintenant se réveiller, se libérer.

Et je vous promets que nous écrirons ensemble une belle page de l’Histoire de France.

 

 

 

Retrouvez-moi sur les réseaux sociaux :
– Facebook : https://www.facebook.com/nicolasdupontaignan
– Twitter : https://twitter.com/dupontaignan​​​
– Instagram : https://www.instagram.com/dupontaignan/